L'incertitude de la prévision de cyclones tropicaux

La prévision de l'intensité de cyclones tropicaux dans le bassin atlantique

La prévision de l'intensité d'un cyclone tropical comporte aussi sa part d'incertitude. Le graphique ci-dessous montre l'évolution, au fil des 25 dernières années, des erreurs officielles qu'a calculées le NHC pour l'intensité prévue. Chaque couleur représente l'erreur moyenne sur cinq ans de l'intensité prévue selon la période de prévision.

Tendance des erreurs officielles d'intensité prévue (NHC) pour le bassin atlantique.

Notez que pour la période de 2010 à 2014, les erreurs d'intensité prévue ont diminué, surtout pour des délais de prévision de 72 à 120 heures. Il reste à démontrer si cette tendance indique une amélioration réelle ou s'il s'agit d'une coïncidence. Au cours de ces années, dans le bassin atlantique, le nombre d'ouragans intenses avait diminué, tout comme les cas d'intensification rapide. Toutefois, la tendance récente laisse penser que les prévisions d'intensité du NHC commencent à s'améliorer. Malgré l'amélioration des prévisions d'intensité au cours des cinq dernières années, l'incertitude n'a pas disparu pour autant. Les erreurs moyennes d'intensité issues du NHC pour les jours 1 et 2 correspondent à environ une catégorie, selon les vents de l'échelle de Saffir-Simpson pour les ouragans. Ainsi, il est préférable de mentionner une plage de catégories en ce qui concerne l'intensité potentielle du système qui touchera terre. De 5 à 10 % du temps, deux catégories séparent la prévision d'intensité du NHC et l'intensité réelle. Veillez à tenir compte de cette incertitude.